10 avr 2012

La table tactile MultiTouch Surface V2 : présentation et usage en points de ventes

Romain Jestin-

Billet écrit par Romain Jestin
Direction R&D, Improveeze
 
 

En partenariat avec Samsung, Microsoft a récemment mis sur le marché la seconde version de sa table MultiTouch et tangible nommée Surface V2 , appellée également Samsung SUR40. Quelles sont ses caractéristiques, ses avantages et ses défauts, notamment par rapport à sa grande soeur la Surface V1 ? Dans quelles conditions doit-on faire le choix d’intégrer cet écran/borne tactile en point de vente ? Dans ce billet, je vous propose d’apporter quelques éléments de réponses qui, je l’espère vous permettra de mieux connaitre la Surface V2, laquelle est d’ailleurs totalement compatible avec les solutions logicielles que propose Improveeze.

 

L’aspect technologique

 

Plus de projecteurs, ce qui lui permet de fondre en poids, épaisseur (plus que 12 cm). Cette nouvelle table incorpore une nouvelle technologie nommée « PixelSense » qui permet à chaque pixel (plus précisément chaque trio de pixel RGB) de l’écran LCD de se comporter comme une caméra et de détecter les mouvements/objets « à proximité » de la surface. On retrouve une qualité du touché, et un « glissé » qui est agréable en comparaison à la V1. On notera que cette technologie n’en reste pas moins basée sur la vision. Et donc en cas de surexposition à lumière directe, le dispositif ne sera plus aussi réactif voire utilisable.

 

L’esthétique

 

Comme vous pouvez le constater ci-dessous, la V2 subit à un grand lifting et n’a plus rien à votre avec la précédente version.

 

table microsoft surface v2 multitouch

Microsoft Surface v2


 
table microsoft surface v1 multitouch

Microsoft Surface V1

Personnellement, j’imagine plus la Surface V2 dans mon salon ou mon bureau que le bloc massif que représente la V1. Finalement, il est possible à présent de la positionner complètement à la verticale et en faire un écran d’affichage pour une présentation par exemple.

 

La qualité d’affichage

 

La précédente table et son projecteur imposait une résolution maximale réduite de 1024*768, aujourd’hui la V2 passe au FullHD. Il faudra sans doute aux développeurs de la V1 un peu de travail pour adapter leurs interfaces et surtout tirer profit des 40 pouces disponibles à présent.

 

Le système d’exploitation

 

Le système d’exploitation est enfin Windows 7 (Windows Vista pour la V1). Et Microsoft en a profité pour dépoussiérer son Surface SDK (V2 lui aussi) et uniformisé la gestion des contacts et la détection des objets sur toutes les machines Windows 7. Pour résumer, aujourd’hui, développer une application tactile pour un ordinateur muni d’un écran tactile ou une tablette ou la Surface V2 est la même chose. A ceci près tout de même que tous les écrans ne sont pas équivalents (nombres de doigts détectables simultanément, détection d’objets, …). Le logiciel devra donc s’adapter à l’usage, la taille de l’écran, la résolution, …

 

La reconnaissance d’objets tangibles

 

Cette fonctionnalité déjà présente dans la V1 est devenue une grande force pour la V2. En plus d’être capable de détecter des doigts la table détecte des formes complexes. Il devient très simple d’associer des formes à des objets de la vie courante et ainsi d’apporter aux utilisateurs une expérience enrichie. Cette vidéo de l’application 5D de Razorfish en est un très bon exemple.

Vous l’aurez compris la surface V2 n’a plus rien de comparable avec la précédente. Microsoft fait un bon en avant d’un point de vue, technologique, esthétique, performance, et prix (~8000€ en comparaison à 13000€ pour la V1).

 

Qu’elle est la place de cette table dans les espaces de vente ?

 

De plus en plus de projets tactiles / ou sans contact (Kinect) voient le jour dans les magasins et centres commerciaux. Ces projets sont coûteux et souvent lourds en investissement et imposent donc de se poser les bonnes questions sur :

 

  • Les services que je souhaite apporter à mes clients,
  • L’usage,
  • Comment va être utilisé mon dispositif,
  • Par qui ? A plusieurs ?
  • Combien de temps ?
  • Mershandising, mise en avant du dispositif ?
  • Le logiciel doit-il se connecté à mon Système d’information ou directement à mon contenu web ?
  • Mon budget ?

 

Le sujet est vaste, je ne vais traiter que les points qui impliquant le choix sur le matériel.

 

Parmi les points cités ci-dessus, l’usage est sans doute celui qui conditionnera à terme la réussite ou l’échec du projet. Un projet qui réussit étant celui que les consommateurs sont à même de s’approprier. Le dispositif doit être confortable d’utilisation et surtout adapté au service qui est rendu. Plus concrètement imaginons que vous souhaitiez que vos clients scannent via un code barre des produits pour en connaître le prix. Mais que le dispositif en question soit une table Multitouch Surface V2 de 40 pouces, avec 20 points de contact, placée à l’horizontal un peu à l’écart des rayons (ça prend pas mal de place sinon). Côté esthétique c’est sûr que vous avez gagné. Mais en terme utilisabilité, coût, adoption de l’outil, c’est un échec.

De cet exemple, on comprend que la table Surface V2 est plus adaptée aux espaces cosy, où le client va prendre son temps, s’asseoir s’il le peut pour partager un moment avec des amis ou avec un conseiller particulier qui lui expliquera en détail le déroulé de ces prochaines vacances au bord de la mer. Les enseignes du Luxe, les restaurants, les agences de voyages, pour ne citer qu’eux sont des points de vente où le client prend son temps. De par son esthétique irréprochable cette seconde monture de Microsoft est un objet luxueux qui s’intègre facilement dans un paysage design et futuriste.

 

La concurrence n’a pas attendu Microsoft et Samsung pour proposer des dispositifs tactiles pour les points de vente. Quand je dois choisir entre un écran tactile dual-touch tout-en-un (all-in-one) à moins de 1000€ que je fixe au mur et une table Surface V2, mon choix est rapide si je souhaite équiper mon espace de vente de 10 dispositifs. La qualité du touché du all-in-one sera inférieur à celle de la Surface V2 mais il répondra tout aussi bien au service demandé si celui-ci ne nécessite pas plus de deux points de contact.

 

Mais même dans les dispositifs haut de gamme, la Surface V2 fait face à une concurrence sévère. Le Polytouch, fabriqué par la société allemande Pyramid, intègre une dalle tactile 3M connue pour son excellente qualité avec des prix tout compris équivalent à ceux à la Surface v2.

 

Pour conclure, la table Microsoft/Samsung Surface V2 est un produit haut de gamme qui saura séduire par son esthétique et sa qualité. Néanmoins, la technologie avance vite et même très vite dans le domaine du tactile. Est-ce que cette nouvelle table n’arrive pas un peu trop tard sur un marché qui aujourd’hui cherche à casser les prix ?

2 commentaires

  1. megnin a dit :

    Aparement mauvaise nouvelle assez incroyable… mais les tables SUR 40 Samsung sont inutilisables en magasin. Les caméras sont éblouies par toute provenance de lumière directe extérieure. Et ne détectent donc pas les mouvements. Le café les ayant adoptées à Paris a été obligé de les descendre à la cave .. a 8 000 € la table, et aucune table n’était en démonstration à équipmag pour ces raisons…. Dommage.

  2. Improveeze a dit :

    Oui, c’est exactement ce qui a été évoqué par Romain dans son paragraphe concernant « l’aspect technologique », soit : « On notera que cette technologie n’en reste pas moins basée sur la vision. Et donc en cas de surexposition à lumière directe, le dispositif ne sera plus aussi réactif voire utilisable. »
    Par contre nous ne savions pas le café qui les a récemment adopté à Paris n’a pas pris en compte ce paramètre pourtant bien connu de ceux qui ont l’habitude d’utiliser la table Surface… étonnant. En tout cas merci pour l’info Jean Marc :)
    Voilà encore un beau projet gâché par un choix de matériel effectué très certainement avant le choix de l’usage…
    Mickael.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>